Présentation de ma machine

Au printemps 2017 j'ai assemblé et customisé la fraiseuse numérique dont je rêvais : l'OMM PRO de X. Hinault.

C'était un défi pour moi car je n'ai aucune compétence, ni en électronique ni en programmation, et je ne connaissais alors les Arduinos que de nom.

Le fait que cette CNC en kit, conçue par un fablaber, très intéressante par sa taille et ses capacités, soit produite en Bretagne, avec une documentation abondante, des tutoriels variés, sans compter la présence en ligne constante et rassurante de X. Hinault pour guider le néophyte et débloquer la situation en cas de doute, etc., m'a encouragé à enfin me 'jeter dans le vide'... et je ne regrette pas !

Elle a déjà travaillé énormément ces derniers mois.

 

Une CNC qui évolue-ra

J'aime bien cette machine et j'aime aussi en modifier des détails, chercher à la faire évoluer, au gré de mes envies et autres petites idées d'améliorations ponctuelles.

  • Après l'assemblage, j'ai décidé de lui fabriquer un solide support sur roulettes (indispensables pour ranger quasiment "au chausse-pieds" une machine imposante dans mon atelier bois déjà très encombré), mais aussi agréable et fonctionnel (chutes de mélèze et plaques de MDF) avec, à l'avant, un grand tiroir contenant l'informatique de pilotage (Nano PC Shuttle et mini écran), la doc, la boîte de rangement de mes fraises, etc.) et un bloc en fine tôle d'alu regroupant toutes les commandes électriques nécessaires : alimentation générale ; éclairage latéral par deux bandes de leds (ma petite touche personnelle... que je ne regrette pas, surtout  quand il faut régler finement la position Z de la fraise dans mon atelier mal éclairé) ; alimentation des moteurs Nema 23 et de la broche Kress ;  bouton poussoir d'arrêt d'urgence. Un collègue de notre ex-fablab, André, m'a bien aidé en réalisant pour moi le schéma électrique précis de cette installation.
  • En décembre et janvier, je l'ai l'équipée d'un nouveau support de broche, que j'ai dessiné et imprimé en 3D, intégrant un système fixe d'aspiration (Ø 35 - cf. ci-dessus la photo 3) : j'ai donc modifié l'ancien dispositif de fixation et conçu mon nouveau support – tout rouge ! –placé dans le prolongement de la bride haute que j'avais déjà créée à l'époque de l'assemblage de la machine. En plus de l'intégration d'une buse d'aspiration, ce 'berceau' très rigide permet également de descendre à présent la base du support au même niveau que la plaque de fixation des tiges rondes du Z : cela fait toujours quelques risques en moins de collision de cette plaque contre un obstacle ! Après avoir beaucoup tâtonné pour la semelle souple (je voulais éviter le recours aux poils de brosse, souvent utilisés, mais qui masquent la vue de la fraise), j'ai trouvé enfin le plastique souple et transparent à la bonne épaisseur (au prix d'un amincissement par rabotage !) pour ne pas trop perturber les mouvements de la broche : les découpes assez larges des lanières alternées sur deux hauteurs empêchent l'aspiration puissante (car elle est entièrement concentrée sur l'axe de la broche grâce à un déflecteur) de de trop les plaquer vers la fraise.
  • J'ai également changé le moteur Néma 23 d'origine du chariot Z par un "Néma double" (proposé sur le site de l'OMM PRO), plus apte à maîtriser la tendance du chariot à descendre trop facilement au-delà de ce qu'on lui commande, en raison du poids de l'ensemble mobile : il faut dire que j'avais opté, à l'achat, pour la version longue des barres du Z (pour la possibilité par exemple de fraiser un objet déjà assemblé et assez haut, de faciliter plus tard la pratique de la vraie 3D, etc.).
  • Cette même option impose donc des plaques en Compact plus hautes pour le chariot Y, donc plus sensibles à une légère élasticité latérale quand le chariot X est en mouvement : même si cela n'a rien de bien grave, de petites ondulations sont nettement plus visibles sur la tranche des découpes droites issues du chariot X que sur celles du chariot Y. Je voudrais donc construire une sorte de 'coffre réhausseur' avec un martyr finement réglable – un peu sur le principe des plateaux d'imprimante 3D dont on peut ajuster le niveau, mais avec plus de rigidité – qui me permettrait de fixer les plaques à découper environ 15 cm plus haut : la broche sera alors en position haute et plus près des guides à billes ce qui, je l'espère, réduira nettement l'élasticité latérale lors de la découpe. Et, enfin, si cette solution n'améliorait pas assez les choses à mes yeux, il se peut aussi que je teste un doublage des plaques du chariot Y pour les durcir  davantage !

Mes choix pour générer les fichiers Gcode et piloter la CNC

  • Malgré quelques réticences, pour la découpe 2D je me suis tourné vers bCNC : une appli puissante (orientée vers le fraisage 2D et un peu 2.5D) pour générer les fichiers Gcode à partir de fichiers vectoriels de type polyline (au format dxf), puis les envoyer directement dans GRBL... mais parfois sa logique est déroutante quand on commence à le prendre en main : il existe très peu de documentations vraiment concrètes et bien illustrées en français.
  • J'ai aussi testé souvent en 2017 la version gratuite (0.8) et limitée de CamBam : le logiciel me plaisait bien et il m'arrivait parfois d'y revenir pour certains cas précis. Depuis que, très récemment j'ai découvert qu'un plugin ("GRBL Machine") insérait dans le menu une petite icône Grbl permettant d'ouvrir une fenêtre afin de piloter directement l'Arduino de ma cnc, j'ai franchi le pas et acheté la licence. Et je ne regrette pas ! Documentation très complète et en français (grâce à un passionné). Je peux enfin, avec ce logiciel, dépasser facilement et rapidement les limites de bCNC : détection intelligente des îlots à préserver dans une poche, génération automatique et très réussie des dégagements d'angles pour les assemblages (plus besoin de les dessiner un à un en dessin vectoriel), très nombreux 'plug-in' qui enrichissent énormément les possibilités d'usinage et, enfin, passage de la 2.5 à la 3D ce qui était au début mon souhait. Bref, un logiciel expert qui me suffit plus qu'amplement et me convient parfaitement. Seul regret : la fenêtre de GRBL Machine est beaucoup trop petite sur le mini écran de ma cnc pour y voir quelque chose et la piloter comme il faut tant les icônes sont alors minuscules. Finalement, je passe donc par une autre appli gratuite, simple et efficace, pour lancer mes fichiers Gcode 3D : Candle.

Mise à jour le 12-06-2018